Les risques cyber pourraient provoquer un choc mondial (étude Zurich)

Le groupe Zurich, dans le cadre de son étude menée avec le cabinet de conseil Atlantic Council, identifie sept attaques cyber. Le cumul des dégâts provoqués par ces dernières pourrait bien provoquer un choc mondial à l'image de celui suscité par la crise financière de 2008.


Sept cyber-attack identifiées :

Concernant les attaques cyber potentiellement graves, le groupe Zurich met ainsi en exergue celles touchant :

les systèmes d’information internes (ex. : système infecté par un virus),

les rapports avec les collaborateurs (ex. : acte de malveillance suite à un licenciement),

les contrats liés aux sous-traitants techniques (ex. : la problématique du cloud computing),

la chaîne d’approvisionnement (ex. : défaillance d’un fournisseur),

les technologies de rupture (ex. : mode de communication mal appréhendé au niveau sécuritaire),

les infrastructures (ex. : défaillance de la télécommunication)

les chocs externes (ex. : incendie ou catastrophes naturelles).


Nous pouvons ajouter à cette étude les informations suivantes :

La cyber sécurité n'est pas encore prise au sérieux en France et les entreprises en paient le prix fort. Selon l'étude annuelle du Ponemon Institute pour Symantec, le coût lié aux violations de données pour les entreprises est en hausse constante depuis quatre ans. Le « taux d'attrition des clients », la perte de clients et de réputation après une violation de données, y est « le plus élevé des neuf pays audités (France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie, Inde, Brésil, Japon, Australie, USA) » indique Laurent Heslault, directeur des stratégies de sécurité chez Symantec. 

Le marché français enregistre également une hausse du coût liée aux pertes commerciales, qui passe de 780 000 € en 2011 à 1,19 million € en 2012 par incident.

En savoir plus : http://www.01net.com